#64 – La Boss(e) du recrutement agricole 🌱
Dans cet Article, pas de Théorie dans L’ère du Marketing RH.
Mais toujours plus de conseils activables grâce à celle qui manie l’Inbound Recrutement comme personne.

 

Si la bosse du Recrutement remplaçait la bosse des Maths, elle serait Prix Nobel.
Elle a conquis 25 000 Abonnés sur LinkedIn, en moins de 2 ans.

Son Papa est Prof de Maths et elle a eu 20/20 en Maths au Bac.

 

J’ai nommé : La graine du recrutement 🌱


🎙️ Qui es-tu Élie ? Peux-tu te présenter en quelques lignes.
 

🌱 Je suis Élie Toupart et je fais du recrutement depuis un peu plus de 3 ans.
Je suis consultante au sein du cabinet Inspire RH depuis septembre 2023.

Avant cela, j’ai fait des études très généralistes en Grande Ecole de commerce, ce qui m’a donné l’opportunité de faire un premier stage en tant que chargée de recrutement dans un cabinet français multi-sectoriel en étant délocalisée en Pologne à Varsovie.
C’est tombé en plein pendant le Covid ! Donc ça a été une expérience qui m’a permis de découvrir le métier et d’en apprendre beaucoup, tout en étant un moment hyper challengeant et difficile à gérer.
 
D’un point de vue familial, j’ai des grands-parents qui sont agriculteurs et agricultrices que ce soit du côté maternel comme paternel.
J’ai donc grandi dans le secteur et une bonne partie de mes souvenirs d’enfance consistent à aller à la ferme ou à monter dans la moissonneuse batteuse avec mon grand-père. 🚜

 

Quand j’ai cherché mon premier emploi, je suis tombée par hasard sur une annonce pour un poste de chargé(e) de recrutement pour un cabinet spécialisé dans le secteur agricole et viticole.
Et je me suis dit : Jackpot ! Et j’avais raison ! J’y suis restée 2 ans où j’ai appris énormément et où j’ai eu la chance de travailler avec des gens hypers formateurs.
 
Dans ce cabinet, j’ai rencontré une consultante géniale : Dorothée Boschat, qui a toujours été à l’écoute et toujours là pour donner des conseils.
Elle a décidé de voler de ses propres ailes et de monter son cabinet en 2023. A ce moment-là, je me suis dit :
« il n’y a pas moyen, il faut que je la rejoigne ! ». Ayant les mêmes valeurs et la même vision du recrutement, je me suis dit que c’était la meilleure opportunité pour moi. Et c’est ce que j’ai fait.
Nous sommes donc maintenant 4 consultant(e)s au sein du cabinet avec chacun(e) son expertise que l’on partage aux autres.

 

Sinon sur le perso : j’ai 2 petits chiens que j’aime plus que tout au monde ! 🐶
Je passe une bonne partie de ma vie au cinéma et à lire des romans de fantasy, j’aime tout ce qui est activités créatives et je me suis récemment découvert une passion dévorante pour le sport auto et moto.


🎙️ Pourquoi avoir choisi la filière RH ? Qu’est-ce qui t’a attiré dans le recrutement ?
 
🌱 La vérité, c’est que je suis arrivée dedans par hasard. Comme beaucoup je pense, j’ai du mal à imaginer un(e) enfant dire : « plus tard, je veux faire du recrutement ! ».
 
(C’est rare… mais ça existe. J’ai su que je voulais devenir RH à 14 ans 🥲)
 
Après le bac, comme la plupart des jeunes, je n’avais aucune idée de quoi faire de ma vie.
Comme j’étais plutôt bonne élève, le conseiller d’orientation m’a conseillé d’aller en Classe Préparatoire aux Grandes Écoles. Ce que j’ai donc fait et cela m’a amené tout droit en École de Commerce.
 
Et si vous le ne savez pas, en École de Commerce, au début on a des cours hypers généraux : comptabilité, finance, marketing, management, RH, etc.
Et pour le coup, le cours de Ressources Humaines était un des rares cours que je trouvais intéressant et où je comprenais l’intérêt direct et concret dans sa vie professionnelle.
En plus, j’ai eu la chance d’avoir un très bon professeur, qui expliquait très bien et qui jonglait toujours entre théorie et pratique pour bien faire comprendre les concepts que l’on étudiait.
 
Pendant ces études, j’ai dû faire un stage 6 de mois. Et là encore par hasard, je suis tombée sur une annonce pour un poste de chargée de recrutement, j’ai postulé et j’ai été prise.
Et je ne le regrette absolument pas vu que j’ai continué par la suite dans ce milieu !

Ce qui m’a tout de suite plu, c’est la variété et la diversité de métiers pour lesquels on recrute.
On en apprend tous les jours, il n’y a pas un seul jour où je ne découvre pas quelque chose de nouveau : un diplôme, une compétence, un logiciel, une entreprise, etc.
Cet apport en termes de connaissance est aussi hyper important de part les échanges que j’ai avec les candidat(e)s.
Une personne qui aime ce qu’elle fait, va te parler de son métier avec passion et va t’expliquer plein de trucs que tu ne connais pas. C’est ultra enrichissant au quotidien !

Et si vous ne suivez pas encore Élie, vous allez vite comprendre qu’elle ne s’est pas trompée de voix (et que cette passion pour son métier se ressent dans chaque prise de parole). 🤩

 

🎙️ D’ailleurs, depuis combien de temps crées-tu des contenus ? Comment as-tu eu l’idée ?

 
🌱 J’ai vraiment commencé la création de contenu de manière régulière en janvier 2022.
Et il y a plusieurs raisons qui m’y ont poussée. J’avais fait quelques posts avant cela entre septembre et décembre 2021 mais rien de régulier, c’était surtout pour tester.
 
A ce moment-là, LinkedIn était devenu un de mes outils principaux de travail.
Je consommais donc moi-même énormément de contenus. Et souvent, je me disais « Ah, moi j’aurais dit ça plutôt comme ça, » ou « ah, perso je pense plutôt ça », etc.
J’avais donc plein d’idées de contenus qui me venaient en tête naturellement.
 

En plus, en étant dans le secteur agricole, j’ai constaté qu’il y a vraiment très peu de contenu en rapport avec ce secteur qui est pourtant hyper important en France.
Donc je me suis dit : faut que je crée du contenu, il y a tellement de choses à dire !
 
Et la dernière raison, c’est que je suis tombée par hasard sur un classement Favikon.
En voyant cela, je m’étais faite la réflexion qu’il y avait (à ce moment-là) peu de femmes et peu de minorités de genre. En parallèle, Nina Ramen a fait un live (auquel j’ai participé) pour encourager les femmes à publier du contenu et la communauté « Ramen ta fraise » était créée.
 
Du coup, je me suis lancée !


Et tu as bien fait ! 🤭

 

🎙️ Ton Branding est IM-PE-CCABLE ! Quelqu’un t’a accompagné afin de trouver ton surnom « La graine du recrutement 🌱 » ? Pour faire ta bannière ?
 
🌱 Concernant « La graine du recrutement » tout est parti d’une publication de l’École du recrutement qui parlait justement du titre que l’on met sur LinkedIn pour se démarquer.
J’ai commenté en disant que je cherchais un jeu de mots en rapport avec le secteur agricole et quelqu’un a commenté « Une graine de recruteuse » et j’ai adoré ! Mais je préférais un titre non genré, donc j’ai mis « La Graine du Recrutement ».
Quelqu’un avait aussi proposé « recruteuse en herbe » mais le « en herbe » avait trop une connotation débutant(e) et ce n’est pas l’image que j’avais envie de donner.
 
Si la personne qui a proposé ce titre passe par là : merci beaucoup ! 🙏
 
Pour le reste du branding, l’entreprise Inspire RH est assez récente et la fondatrice sait que je suis du genre très créative. Donc j’ai travaillé sur le logo, le choix des couleurs, nos photos de profil et bannières, etc.
C’est donc moi qui les ai réalisés avec Canva et en m’inspirant bien sûr de choses que j’avais déjà vues et appréciées (dont ta bannière à toi Charlène d’ailleurs :’)).

 

Ohhhh merci Élie !

 

🎙️ Tu le sais, je suis FAN absolue de l’Agri Actu. Comment as-tu eu cette idée de newsletter afin d’alimenter la veille des talents de ton secteur ?

🌱 A ce moment-là, je m’occupais de la création de contenus sur les réseaux sociaux de mon entreprise.
Donc je faisais une veille très régulière sur l’actualité agricole et viticole. Et à chaque fois, il y avait des articles que je trouvais intéressants et que je mettais de côté.
 

Après, je me suis dit que c’était dommage de les laisser et de ne rien en faire. Donc je me suis mise à les compiler dans un carrousel pour le partager à tout le monde.
Et comme j’avais de très bons retours par rapport à cela, j’ai continué de le faire chaque vendredi !

🎙️ Tu saurais nous dire combien de temps tu consacres à la création de contenus, chaque semaine ?

 

🌱 Si on prend que LinkedIn, je dirais 2h environ par semaine pour écrire, préparer les visuels et programmer mes posts. Après, je publie aussi sur Instagram et Tiktok, donc en tout je dirais 4h par semaine en comptant le montage des vidéos.

 

 

🎙️ Arrives-tu à « isoler » le nombre de candidatures qui arrivent directement grâce à tes contenus ? Si oui, ça en représentait combien en 2022 ? 2023 ? Ça représente quelle part de tes candidatures au total ?
 
🌱 En vrai c’est assez difficile de déterminer précisément le nombre de candidatures qui arrivent grâce à mes contenus.
 
Mais ce que je peux dire c’est que cela donne une véritable légitimité par rapport aux clients et aux candidat(e)s. Concernant les clients, certain(e)s me connaissent avant même d’avoir échangé avec moi, donc ça va beaucoup plus vite dans nos relations et cela me permet aussi d’attirer de nouveaux clients.
Côté candidat(e)s, je ne compte même plus le nombre de fois où j’ai contacté quelqu’un(e) pour lui présenter un poste et qu’il/elle m’a dit : « Ah oui, je vous ai vu sur LinkedIn » ou « je vous suis sur LinkedIn ».
Donc tout de suite, ça met dans une relation de confiance et la personne m’écoute, que le poste l’intéresse ou pas d’ailleurs !
 

Cependant, il y a quelques temps, j’ai fait une vidéo pour parler de plusieurs postes que j’avais en cours de recrutement sur du développement photovoltaïque.
1/3 des candidatures reçues venaient de cette vidéo (je le sais, car ces candidat(e)s m’ont contacté directement via LinkedIn), et toutes ces candidatures étaient très pertinentes par rapport au poste et à l’entreprise.

🎙️ Donc tu fais encore un peu de chasse quand même ?
 
🌱 Oui, je fais encore beaucoup de chasse. Le secteur agricole est très tendu surtout pour les cadres et dirigeants, donc la chasse est une obligation.
En terme de temps je dirais 30 à 40% du temps mais sinon
plus de 90% des candidat(e)s que je présente à mes clients viennent de ma chasse.

 

 

🎙️ Tu viens de devenir « Top Voice LinkedIn » 👏 : ta présence sur LinkedIn t’a t-elle ouverte d’autres portes ? En tires-tu d’autres bénéfices ?
 
🌱 Oui, oui et re oui ! Déjà, comme je l’ai dit, cela donne une grosse légitimité dans mon secteur d’activité. Grâce à cela, j’ai été invité à participer à des articles spécialisés dans le secteur agricole surtout sur internet et pour parler de recrutement mais aussi de marque employeur.
 

Cela m’a permis aussi de participer à différents articles, des podcasts, des interviews pour parler du recrutement en général et des spécificités du secteur agricole.

 

🎙️ Pour finir, si tu devais donner 1 seul conseil aux Recruteurs qui nous lisent, avant de prendre la parole sur LinkedIn : ce serait lequel ?
 
🌱 Une des phrases que j’entends souvent de la part de ceux / celles qui hésitent à poster du contenu c’est : « mais si ce que j’écris est nul ?! ».
 
Déjà, qu’est-ce qui est un contenu nul ? Perso, je ne sais pas trop ! En plus, un contenu qui est nul pour l’un, est peut-être hyper intéressant pour quelqu’un d’autre.
 
Et il faut bien se dire que personne ne va vous arrêter dans la rue, en vous montrant du doigt, en se moquant de vous car vous avez fait un post « nul ».
Sachez d’ailleurs que même les plus grand(e)s créateurs et créatrices de contenu ont eux / elles aussi fait des trucs moins bien, moins intéressants, moins bien écrit, etc.
Et ce n’est pas grave ! Le tout c’est d’apprendre sur ce qui n’a pas bien fonctionné, persévérer et s’améliorer.

Mille Mercis Élie pour ton partage très inspirant !

 
Gagner 25 000 abonnés et un badge Top Voice, en moins de deux ans, sur une niche… C’est admirable.
 
Et tout ça en : 2 heures par semaine sur LinkedIn. 😍

Pour ne manquer aucune de mes NewsLetter, c’est ICI 👈

Charlène,
Fondatrice de Talent Catcher

× Restons en contact